L’ABANDON DE L’ECOLE DU SABBAT

L’ABANDON DE L’ECOLE DU SABBAT : POURQUOI TANT DE BANCS VIDES ?

Renforcer l’expérience de l’Ecole du Sabbat.

Participant avec mon mari à l’Ecole du Sabbat récemment, nous avons été frappés par le peu de gens qui étaient présents. C’est une grande église, rendant les nombreux bancs vides particulièrement évidents. C’était la même histoire la semaine suivante. Et aussi celle d’après. En fait, c’est comme ça depuis un certain temps. Mais c’est une histoire différente pour le service de culte: au moment où le service de 11h commence, beaucoup de bancs vides sont comblés.
Après avoir parlé à quelques-uns de mes amis, je me suis rendu compte que notre cas n’était pas un cas isolé; cela se passe dans beaucoup de nos églises. Il semble que manquer l’Ecole du Sabbat est devenu la norme pour beaucoup d’adventistes. (À l’exception des Ecoles du Sabbat des enfants, qui continuent d’attirer un bon nombre). Alors, pourquoi les gens n’ont-ils pas envie d’y aller? Est-ce simplement parce qu’ils luttent pour sortir du lit le sabbat matin?
La réponse est oui pour certaines personnes, mais ce n’est pas la seule raison, selon le Dr Leigh Rice, qui détient le portefeuille de l’Ecole du Sabbat dans l’équipe du ministère des disciples de la Division du Pacifique Sud. : “Je pense souvent que ce qui se passe dans l’Ecole du Sabbat est terne et prévisible”, a-t-il déclaré.
Selon le Dr Rice, de nombreuses églises ont oublié que le modèle original de l’Ecole du Sabbat était mis en place pour quatre objectifs: l’étude de la Bible, la mission mondiale, la fraternité et le service auprès de la société. La plupart excellent dans le domaine de l’étude de la Bible, ce qui est une bonne chose, mais négligent les trois autres, en particulier le service pour la société.
“L’Ecole du Sabbat doit avoir un objectif d’engagement pour la commune locale et je pense que c’est un domaine lequel de nombreuses églises adventistes ont fui”, a-t-il déclaré. “Alors que je pense que ce sont les gens qui reviennent de ces engagements dans leur commune  qui donnent vie, vitalité et un cœur à l’Ecole du Sabbat.
Là, où il y a une bonne participation, l’Ecole du Sabbat est vivante et les gens s’engagent. C’est une approche holistique; ce n’est pas seulement une focalisation étroite sur l’étude de la Bible en négligeant les autres aspects.”
“Je pense souvent que ce qui se passe dans l’Ecole du Sabbat est terne et prévisible.” Être plus axé sur la société pourrait même impliquer de fermer les portes de l’église de temps en temps. “Par exemple, une église aux Iles Samoa américaines a pris la décision de fermer ses portes une fois par mois et les membres se rendent dans leurs propres villages, font leur Ecole du Sabbat, chantent leurs chansons et créent des liens avec les gens de leur commune”, a déclaré le Dr Rice. “Et il semble qu’ils planteront de nouvelles églises là-bas en raison de ces initiatives de sortir réellement de l’église et d’entrer en contact avec la société”.
Le Dr Rice croit que l’Ecole du Sabbat devrait être un endroit où les gens partagent leurs histoires d’implication communautaire, ce qui aiderait à inspirer et à redynamiser l’église. Il devrait également s’agir d’un terrain de formation où les membres apprennent les compétences de base de l’engagement dans la communauté et le partage de leur foi.
“Je pense que ceci doit être intentionnel. Je pense que tout ce qui donnera à l’église une orientation plus axée sur l’extérieur sera bon pour elle. Les gens n’auront jamais de vie spirituelle vibrante simplement en consacrant plus de temps à lire la Bible et à prier. Il faut aussi avoir de l’activité et, dans la vie chrétienne, cette activité est l’engagement communautaire.
En Australie, il y a quelques endroits où l’Ecole du Sabbat a connu une certaine revitalisation et des choses positives se produisent, mais cela prend un effort très intense de la part de l’église”.
Votre église est-elle donc à la hauteur du défi?

Défilement vers le haut