PROGRAMME SAMEDI 7 SEPTEMBRE 2019

Ancien-de-service

MICHEL Wilfrid

predicateur

JEAN FANCOIS Plastiverne

chantre

TINAS Nephtalie

EDS

RENE Naphta

infos-complementaires

Activités JA

sabbat copie

Après avoir vu que Jésus a vécu en se préoccupant des autres, en particulier ceux qui souffrent et sont perdus, nous devrions nous attendre à ce que Jésus ait également beaucoup à dire sur le fait de s’occuper d’eux. Et c’est le cas.
L’enseignement de Jésus est pratique, focalisé sur ce que signifie vivre comme disciple de Dieu. De ce fait, nous pouvons voir que Jésus nous exhorte à accomplir des actes de justice, de bonté, et de miséricorde, comme ceux qu’il a lui-même accomplis en personne tandis qu’il était sur la terre. Si nous suivons son exemple, nous nous occuperons d’autrui comme il l’a fait.
Jésus a également parlé du royaume des cieux. Dans sa description, le royaume des cieux est une réalité qui fonctionne avec des priorités, des valeurs et une morale différentes de celles que l’on trouve dans les royaumes terrestres. Les enseignements de Jésus ont établi le modèle de ce royaume, qui met fortement l’accent sur la manière dont nous servons Dieu et, en le servant, dont nous agissons envers autrui. Nous découvrons également que servir les autres, se soucier de leurs besoins et les encourager, sont des moyens par lesquels nous pouvons offrir directement notre service à Dieu.

ECOLE DU SABBAT ADULTE


LECON 10 :VIVRE L'EVANGILE

 


Verset à mémoriser

C’est par la grâce, en e et, que vous êtes sauvés au moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas en vertu des œuvres, pour que personne ne puisse faire le fier. Car nous sommes son ouvrage, nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance, afin que nous nous y adonnions (Éphésiens 2.8-10.).

Samedi après-midi

Dès que l’on parle des commandements de Dieu, de ses exigences ou de ses instructions, nous courons le risque, ou même la tentation, de croire que d’une manière ou d’une autre, ce que nous faisons peut nous gagner notre salut ou y contribuer, ou du moins de gagner la faveur de Dieu. Mais la Bible nous dit à maintes reprises que nous sommes des pécheurs, sauvés par la grâce de Dieu à travers Jésus et sa mort en notre faveur sur la croix. Que pourrions-nous bien y ajouter, de toute façon ? Ou, comme Ellen White, l’a écrit : « Si vous réunissiez tout ce qui est bon et saint, noble et aimable en l’homme, et que vous présentiez la question aux anges de Dieu comme des éléments faisant partie du salut de l’âme humaine ou comme mérite, la proposition serait rejetée comme une trahison. » Faith and Works, p. 24.
Ainsi, même nos œuvres de miséricorde et de compassion envers les nécessiteux ne doivent pas être considérées comme légalistes. Au contraire, à mesure que notre compréhension et notre appréciation du salut grandissent, le lien entre l’amour de Dieu et son souci des pauvres et des opprimés nous est transmis, nous qui sommes bénéficiaires de son amour. De la même manière que nous avons reçu, nous devons donner. Quand nous voyons combien Dieu nous a aimés, nous voyons également combien il aime les autres et nous appelle à les aimer aussi.

VIDÉOS

 

PHOTOS